NEWS

Une longue interview dans Blues Alive

Tia a longuement été interviewée pour le fanzine Blues Alive, dont elle fait la couverture en septembre 2019. Elle répond aux questions d’Eric Von Royer.

Elle y parle de son groupe, Tia:

Le nom était Tia & The Patient Wolves. Depuis mon dernier album, Lil’ Bird, j’ai simplement gardé Tia […]

de son album et de ses concerts:

Je suis généralement en quartet: chant guitare, claviers (Philippe Monange ou Matthew Gest), basse/contrebasse (Cyrille Catois ou Xavier Nikqi), batterie (Marc Glomeau). Nous jouons mes compositions, les titres de mon dernier disque, ainsi que des reprises. J’essaie d’être au plus près de ma personnalité sans copier, mais en me servant de mes différentes influences […]

de ses guitares:

Cette Epiphone n’est pas une super guitare, elle a même plein de défauts. Mais je crois que j’ai joué sur pas mal de guitares médiocres et le son, je peux le garantir, ça se fait vraiment avec les doigts! […] L’Harmony sur laquelle je joue m’a été offerte par Marc Tee, je l’ai montée en open de D, elle a vraiment une couleur particulière, très grasse et puissante. […]

de Muddy Gurdy:

Muddy Gurdy est un trio avec Gilles Chabenat à la vielle à roue, qui est un des grands représentants de cet instrument dans les musiques traditionnelles, mais aussi plus actuelles (Sting, …), Marc Glomeau (qui a eu l’idée de nous réunir tous les trois) est aux percussions, arrangements, et moi au chant et guitares. Nous avons enregistré deux albums, le dernier est sorti en 2018 […]

de l’album de Muddy Gurdy et de sa genèse:

En 2016, Marc a eu l’idée d’aller enregistrer notre prochain album dans le Mississippi et plus précisément dans le Nord du Mississippi où se joue le North Mississippi Hill Country blues. Cela vient du fait que ce style particulièrement hypnotique se mariait à la couleur que nous avions et à l’instrumentation, ça matchait vraiment. Et puis, c’est la campagne. Il y a un réel lien entre la musique et le travail de la terre, encore un point commun avec la vielle. L’idée était d’aller là-bas, mais pas pour enregistrer en studio, ni pour faire une copie de ce qui existait déjà, mais plutôt de faire ce qu’on appelle des fields recordings et créer avec des musiciens locaux au lieu de «prendre», si je puis m’exprimer ainsi […]

du Mississippi:

Le Mississippi porte encore les stigmates de la ségrégation, le racisme est toujours présent et bien sûr la pauvreté. Au-delà de ça, être musicien fait tomber les barrières […]

de Cedric Burnside:

En novembre, nous avons plusieurs co-plateaux et première partie prévus avec Cedric Burnside, on est vraiment ravi! On s’est déjà revu aux Etats-Unis, mais aussi en Suisse au Blues Rules et en Angleterre au Red Rooster Festival. On a adoré travailler avec Cedric. Il s’est passé des choses magiques lors de nos enregistrements, ce sont des moments qu’on n’oubliera jamais. C’était fort, c’était puissant, ancré, habité, spontané, mystique et puis le lieu de notre enregistrement était vraiment spécial. C’est un bonheur de jouer avec lui, il est
ultra positif, dans l’échange, l’écoute. Il rayonne. On a hâte de partager ces moments en novembre! […]

de la tournée avec Muddy Gurdy:

Plein de belles dates, difficile d’en sélectionner tant c’est différent à chaque fois. La tournée les Nuits de l’Alligator a été un très bon moment pour nous. Notre disque avait été super bien reçu par la presse et les gens voulaient voir ce que ça donnait sur scène, en trio sans les invités. Et ça s’est vraiment très bien passé! […]

de ses projets et des projets de Muddy Gurdy…

A lire en pages 21 à 27 dans Blues Alive.

Blues Magazine: « Un univers musical si original, personnel et envoûtant »

Tia est une artiste dont l’univers musical est si original, personnel et envoûtant, tout en restant fidèle aux racines profondes du blues, qu’il était grand temps de la rencontrer. D’autant qu’être récipiendaire d’un prix de l’Académie Charles Cros n’est pas donné à tout le monde!

Alain Hiot propose une longue interview de Tia dans le numéro 90 (octobre-novembre-décembre 2018) de Blues Magazine. Sur cinq pages, il l’interroge sur les origines de son histoire avec le blues, ses influences, ses rencontres. Il la fait revenir sur son prix Cognac Blues Passions 2012, sa participation au festival de blues de Mustique Island…

Il développe aussi avec elle ses nombreux projets et collaborations, entre Tia & The Patient Wolves devenu tout simplement Tia (son propre groupe, avec lequel elle vient de sortir un troisième album, Lil’Bird, dont elle raconte l’histoire dans l’interview), Tia & The Groove Box (son duo avec le percussionniste Marc Glomeau), ainsi qu’Hypnotic Wheels (trio avec Gilles Chabenat à la vielle et Marc Glomeau aux percussions).

Pour ce dernier projet, elle est d’ailleurs partie l’an dernier dans le Mississippi pour enregistrer leur deuxième album, « Muddy Gurdy ». « Pas un hasard, une vraie démarche », rappelle Tia, qui en raconte la genèse, des anecdotes et les suites, jusqu’à la signature avec VizzTone Label pour la distribution internationale de l’album.

« Une totale réussite » que cet album « qui méritait donc largement la superbe récompense de la part de l’Académie Charles Cros », conclut Alain Hiot.

Blues Alive: « Elle vit sur scène, respire blues »

© Eric van Royen

Quand mon regard se pose sur Tia, la première apparition est “une gazelle”, longues jambes fines. Silhouette élancée, fragile, drapée d’une imposante chevelure. Tia signifie «princesse» en égyptien et «fée» en slave, tout s’explique… Comme pour confirmer également cette douceur, son set débute par une berceuse quelle chante le soir à son petit garçon, doux solo…

Mais ne pas s’y fier! Car cette artiste a de la personnalité, du charisme, certes, mais quelle voix, puissante, contrôlée; mais pour la sensibilité, l’émoi, pas de contrôle, elle vit sur scène, respire blues. C’est une artiste bien accompagnée aussi, ses musiciens l’assistent avec beaucoup de brio, elle est la pièce maîtresse du groupe. Son set se déroulera sans lassitude ressentie, des reprises se mêlant à des textes perso traitant du monde, de la vie, sujets simples mais tellement diversifiés, forts parfois.

La batterie sera complémentaire dans de superbes solos, donnera souvent le dernier souffle à ses morceaux ; sa belle amplitude nous portera parfois dans des rythmes africains. Tiens! Paroles espagnoles? Yann Siegal les rejoindra le temps d’un morceau.

En janvier 2018, Joe Louis Walker invite Tia à ses côtés durant 20 jours pour le Mustique Island Blues Festival. Quel honneur bien mérité que de se trouver première musicienne française aux côtés de ceux que le gotha du blues international compte de plus prestigieux.

Mon intérêt et ma curiosité sont aiguisés, alors, à une prochaine, Tia. Au plaisir de vous découvrir en trio, accompagnée de Gilles Chabenat et sa vielle à roue et Marc Glomeau aux percussions!

Compte-rendu par Ghislaine pour le webzine Blues Alive #76 de septembre 2018, du concert de Tia & Her Band au festival Blues en Loire.

 

Clermont-Ferrand: « Un voile savoureux de blues »

Tia et Marc Glomeau pour donner le tempo, The Blues Brothers sur la toile, un voile savoureux de blues est venu recouvrir la place de la Victoire mardi soir.

Un concert de Tia & The Groove Box, dans le cadre du festival Contre Plongées, le 31 juillet à Clermont-Ferrand. A découvrir en vidéo…

« Un concert attachant et intense qui vous touche à l’âme »

Sorties de plages à Châtelaillon: Emmanuelle Lucas a mis la barre très haute en invitant pour le premier concert 2018 Tia dont le truc est le blues. Ne lui demandez pas pourquoi. C’est comme ça. La musique ne s’explique pas. Elle se vit. Tia rentre des Etats-Unis ou elle a profité une fois de plus de plein d’aventures. Elle a même découvert un nouveau petit paradis : le North Mississipi Hill Country, géographie vallonnée, nature luxuriante et climat chaud et humide où les musiciens jouent une forme de blue hyper hypnotique. Elle présentait hier soir son troisième album (Lil’ Bird) avec Marc Glomeau (batterie), Cyrille Catois (basse) et Philippe Monange (claviers). Un concert attachant et intense qui vous touche à l’âme.

Par Dominique Rimbault, à qui a publié également des photos, sur ce concert organisé le 17 juillet à Châtelaillon-Plage, en Charente-Maritime, dans le cadre du Châtelaillon Plage Festival.

Tia & Her Band ©️ Dominique Rimbault

Tia & Her Band ©️ Dominique Rimbault

Tia & Her Band ©️ Dominique Rimbault

Tia & Her Band ©️ Dominique Rimbault

Tia & Her Band – Philippe Monange ©️ Dominique Rimbault

Tia & Her Band – Marc Glomeau ©️ Dominique Rimbault

Tia & Her Band – Cyrille Catois ©️ Dominique Rimbault

Tia & Her Band par Pierre Khan

Le photographie Pierre Khan était présent à la 22e Nuit du Blues de Fleurus. En (magnifiques) images, ce qu’il a retenu du concert de Tia & Her Band.

Tia and Her Band, avec Kirk Fletcher © Pierre Khan

Tia and Her Band, avec Kirk Fletcher © Pierre Khan

Tia and Her Band © Pierre Khan

Tia and Her Band © Pierre Khan

Tia and Her Band, avec Kirk Fletcher © Pierre Khan

« Plus que réussi »

Retour au headstage pour un numéro français, Tia & Her Band. Après un séjour au Mississippi, cette artiste de blues française nous présente son dernier CD « Lil Bird ». Elle tient à trouver le mélange parfait entre la musique afro-américaine des États-Unis et les influences de Mama Africa.

Propres compositions et textes originaux sont presque une marque de commerce de Tia. Elle est comparée à une « perle » et est appelée « une joueuse du monde » par Bob Margolin, qui peut compter de toute façon. Elle est secondée par Marc Glomeau (batterie), Vincent Pollet-Villard (claviers) et Cyrille Catois (basse). Pour moi une première parce que je n’avais jamais vu cette artiste en concert. Et pour être honnête, elle m’a un peu submergé. Voix agréable, belle présence et bon jeu de guitare.

Comme prévu une sélection ferme de son dernier CD et qui est recommandé car les chansons étaient de grande qualité. Je pense à ‘Black Coal’, ‘Mississippi Scream’, ‘Lil Bird’ – chanson qui ressemble au style de JJ Cale, chanson ‘Dancing With The Devil’ écrite par Tia elle-même et avec beaucoup de ‘wawa-guitar’, le beau Sweet Lotus Blossom  et personnellement, je suis impressionné par sa version de Jessie Mae Hemphill d' »Aidez les pauvres et les nécessiteux ».  Belle version attachante, surmontée de sa propre sauce.

Comptez une reprise de « Crazy Thing » de Bod Diddley et un tiret B.B. King et nous avons eu une belle performance. Le slide et le « fingerpicking » ne sont certainement pas étrangers à Tia. Il y avait aussi un rôle majeur pour le Hammond, qui donnait une certaine touche à l’ensemble. En final, laisser Kirk Fletcher rejoindre le groupe pour un boogie émouvant et vous n’avez vu que des visages satisfaits! Pour moi, c’était plus que réussi.

Rootsville a assisté au concert de Tia & Her Band à la 22e Nuit du Blues de Charleroi, le samedi 9 juin. Et l’équipe a adoré! Lisez leur compte-rendu en néerlandais et en français (traduction originale sur le site). 

« Tia, blueswoman montante »

Tia, c’est la blueswoman montante, lauréate du prix Cognac Blues Passions en 2012. Elle est venue à Fleurus avec son troisième album.

Sur Telesambre, en Belgique, près la Nuit du Blues de Charleroi, le week-end dernier à l’abbaye de Soleilmont. Tia était, avec son groupe, à l’affiche de la 22e édition du festival (voir à 2:00). Voir le reportage complet sur Telesambre

Bob Margolin: « You’re a Blues Player of the World »

Tia Gouttebel, I love your Hurdy Gurdy blues album on VizzTone Label Group but when we played together in Memphis last week, with you leading us, you took me all the way with both your Deep Blues Guitar playing and your singing, which is YOU, both Deep Blues and French. You are a Blues Player of the World, and I can tell you for sure because I knew him: Muddy Waters is smiling and dancing when you play. I took this photo July 15, 1977, in Tabarka, Tunisia. Muddy Waters dancing after a show. Next day, we flew back to Nice for festival.

Bob Margolin

Backing musician for Muddy Waters from 1973 to 1980, Bob Margolin has been leading his own successful career ever since. His last album, My Road, released in 2016, won two Blues Blast Magazine Award and earned three Blues Music Award nominations, including a win for Best Male Traditional Blues Artist.

« Le blues de Tia est habité, lancinant »

Un EP nous avait alléchés il y a quelques mois, voici l’album, avec sept originaux, dont deux de Don Cavalli, et trois reprises. Le blues de Tia est habité, lancinant, au son enrichi de percussions, claviers, clavinet ou flûte peul.

Les rythmes sont riches, complexes, le chant est prenant, les guitares viennent tout droit du Sud, avec riffs blues et funk, et de délicieuses parenthèses soul ou reggae-jazz s’ouvrent ici et là.

La production est sobre, le son est beau, ça s’écoute en boucle.

Par Christophe Mourot. A lire dans le numéro 229 (janvier-mars 2018) de Soul Bag